Langues

Témoignage d'Alice, volontaire à Ouaga/Koupéla en 2011

C'est un voyage, une expérience plus que mémorable. Des liens se tissent, génèrent des relations d'ami-e à amie, et la solidarité que tu proposes en allant au burkina, à ouaga... peut se renouveler quand tu reviens.

Je ne trouve pas bien les mots pour dire tout ce que je ressens quand je parle de ce moment vécu au burkina," le pays des hommes intègres. ça bouge, ça vit à ouaga, ce n'est pas comme les villes de chez nous. Il y a beaucoup plus d'"ambiance", plus de gens à l'extérieur, qui causent, sourient, rigolent, enfin sont expressifs, les enfants, tout le monde. C'est si agréable comparé à chez nous où les gens parlent beaucoup moins entre eux, sont dans leur bulle individuelle, moins chaleureux comme renfermés. Là, tu te sens vivre, la vie est simple, on apporte pas autant d'importance au superficiel.

Tu fais du soutien scolaire, j'aime la gaieté des enfants. Ce n'est pas très dur, tu n'as pas à t'inquiéter sur ta capacité à relayer l'enseignante, ou l'enseignant. Tu expliques aux enfants qui n'ont pas compris la leçon, les exos, selon la classe dans laquelle tu es, les aides à lire, ...tu peux écrire les leçons et exos au tableau.
J'aime aussi l'énergie, la vivacité des enfants quand ils ont la réponse à une question et qu'ils me disent "madame, madame" , "moi madame" presque en sautant, ça nous fait plaisir de voir autant d'enfants volontaires. Il y a aussi l'animation, tu t'éclates avec les enfants, je ne sais pas si vous faites les centres aérés, mais ce n’est pas comme l’animation ici où on doit tout prévoir souvent... tu fais pleins de jeux sympas, ils te demandent parfois les jeux qu'ils préfèrent, mais en tout cas ça passe vite, ça reste de supers moments passés avec les enfants! Chaque week-end, le mj-procunas, l'asso a prévu quelque chose pour nous: tu vas à Poa, plus dans la nature, c'est agréable aussi, il y a moins de monde, moi ça me ressource.(la nature) tu te retrouves avec les autres français ou françaises de l'autre camp, tu rencontres des burkinabés qui vont faire un camp de reboisement, tu rencontres les habitants du village, le village, son ambiance. C’est très sympa, tu es très bien accueilli, avec le chef du village, c'est toujours très convivial! Tu peux aller à ziniare, je rencontre une autre association, un autre village avec son marché, d'autres gens, dont essentiellement les membres de l'asso, un musicien improvisé joue, un chanteur improvisé chante, on fait des jeux formateurs, on prend connaissance de l'asso, tu découvres toujours de nouvelles choses et tout en profitant du temps, tout en prenant le temps. On est allé aussi au village artisanal, qui reste un souvenir important pour moi. Je rencontre un artisan, on se met à causer "de tout et de rien", et il me propose de m'essayer à son art. Son art de modeler la cire
(d'abeille). c'est pour faire des modèles qui serviront à créer des personnages,... de bronze(si je ne me trompe pas de matière.) Zakaria, l'artisan" passionné", me montre comment modeler un visage, après avoir chauffé la cire. Ce n'est pas facile, mais il m'encourage, m'enseigne son savoir faire.Il me fait visiter l'arrière se son lieu d'exposition, je découvre les autres artisans qui participent aux étapes de façonnage des œuvres en bronze. Cela m'a tellement plu! Enfin, j’aimerai encore ajouter tout ce qui fait que j'ai aimé cette vie au burkina, à la ville comme dans la brousse (l’équivalent de la campagne ici). Mais je vous laisse la surprise de découvrir la suite si vous avez la chance de pouvoir y aller, je vous y incite vivement, c'est une chance de découvrir une autre culture, de donner de son temps pour les autres parce qu'en retour, on reçoit beaucoup! Je suis sure que vous aimerez la vie, les gens au bukina
faso.

 

Alice